« Presque celébre »

Etre Célèbre ? : Une prouesse ? En tout cas une obsession pour  Okito Kiese Landula
Pour entrer dans la lumière elle va multiplier les tentatives :  « pousser la chansonnette »,   vendre des bananes, narrer de grands récits Historiques, participer aux castings de la Télé réalité, créer des applis originales, devenir mannequin ou footballeuse, ou les deux….. Devenir Miss Météo (euh çà c’est fait !)
Pendant 1h 10, Cécile DJUNGA nous transporte dans ses nombreux univers déjantés , un parcours de la combattante pour devenir « presque célèbre » Des personnages variés, des répliques cinglantes qui se mêlent au « capital sympathie » dégagée par cette talentueuse comédienne.

Au programme: de la musique, de la danse et des vannes! Un show drôle et rythmé que vous n'êtes pas prêt d'oublier.

De Cécile DJUNGA, Gaetan DELFERRIERE, Simon BERTRAND
Mise en Scène : Etienne SERCK
Lumières : Anthony Vanderborght
Stylisme : Samia BOUJHAR Voir la bande annonce

Critiques

C'est dans la salle intimiste du Cali Club à Drogenbos que Cécile Djunga a donné le coup d'envoi de sa tournée bruxelloise. Pour la première de ses dix dates, la présentatrice météo de la RTBF a sorti le grand jeu. Devant une centaine de spectateurs, la jeune humoriste a livré plus d'une heure de spectacle. Au fil des sketchs et des situations dont elle a le secret, elle est parvenue à emmener son public dans son univers haut en couleurs. Entre réalité et fiction, danse et chanson, l'artiste a dévoilé une palette de ses nombreux talents.

Elle a d'ailleurs prouvé, dans les bras d'un certain Bilou, qu'elle était prête à prendre la relève de Tatiana Silva dans "Danse avec Djunga". Son humour dépeint à merveille les situations du quotidien, l'actualité et son vécu dans le monde du show business. Derrière les rires, certains sujets graves étaient même abordés. La colonisation du Congo pour les nuls devrait d'ailleurs être au programme de tous les cursus scolaires. De Leopold II en Télétubbies au pire fléau allemand sous les traits de Monsieur Patate, elle a su revisiter l'histoire avec malice.

Complice avec les spectateurs, elle a rapidement conquis l'assemblée. Les clameurs et les applaudissements à la tombée du rideau lancent parfaitement la tournée de la jeune femme. Emue, elle a même offert une météo toute particulière pour ensoleiller une dernière fois la soirée d'un public acquis à sa cause.

La Dernière Heure, 23 janvier 2018

Hier soir au théâtre Mercelis à Ixelles, j'ai eu l'occasion de voir un one-woman-show prometteur de la nouvelle miss météo de la RTBF Cécile Djunga. Une boule d'énergie positive. Un show rythmé et des textes bien écrits, drôles et touchants, des répliques cinglantes et des personnages variés.

Cécile Djunga est une pro du rire et de l'autodérision! Dans son spectacle " presque célèbre ", elle raconte son jeune parcours, ses débuts à Paris lorsqu'elle rêvait de théâtre.

Mais elle va vite déchanter, pour se faire accepter dans le monde du spectacle, elle va subir des discriminations lors des castings, le racisme, ses projets qui tous tombent à l'eau ... mais à aucun moment je n'ai senti de victimisation ! C'est une bombe cette fille ! Elle sait tout faire avec un rythme oú on a pas le temps d'arrêter de rire !

Son spectacle est si drôle qu'elle arrive à parler de colonisation, de Léopold II, d'Hitler, de Jesus, des noirs, du Ku Klux Klan, des règles (menstrues), dans un ton si intelligent, et parfaitement ciselé, qu'il ne suscite aucun malaise. Elle arrive à jongler avec humour toujours des revendications, des problèmes de société...c'est une humoriste humble qui garde l'équilibre entre l'injustice et les critiques avec respect. Le tout passe avec une énergie et un rythme fou! Pas le temps de s'ennuyer avec cette artiste aux multiples talents ! Danse, chant, musique, elle nous emmène dans son monde fantastique!

MCCS Molembeek

Drôle, très drôle, Cécile Djunga offre en ce moment un festin humoristique d'une heure trente dans son nouveau spectacle " presque célèbre ". Elle y raconte son jeune parcours, ses débuts à Paris lorsqu'elle rêvait de théâtre classique et d'incarner Juliette dans Roméo & Juliette. Ses difficultés à se faire accepter, les discriminations lors des castings, le racisme, sa mère, son monde!

Rester drôle en parlant de colonisation, de Léopold II, d'Hitler, de Jesus, des noirs, du Ku Klux Klan et d'épilation pubienne dans un même discours sans susciter au mieux des malaises, relève de l'exploit technique en cette ère de grandes tensions sociales. Telle une funambule, Cécile maintient l'équilibre entre le message, la critique, la drôlerie, la cruoté et la bienveillance, le tout sous fond d'énergie supersonique. Pas le temps de s'égarer, aucun répit, comme une dégringolade d'escaliers sur les fesses, on va de surprises en surprises, les sketchs se suivent et se tordent les uns après les autres. On y découvre également toutes les cordes accrochées à son arc: de la danse, elle passe au chant, jouant même de la guitare sans jamais perdre de cohérence grâce notamment à la parfaite mise en scène signée Etienne Serck

Brukmer Magazine

Crédit photos Marin GODFROID